Voila, c'est encore moi, le grand téméraire!!!
Voyant le blog de Grande Marie, je me suis dit: Allez accroche toi et finis le ce**** de blog!!Pour qu'après dans quelques années, on puisse revenir dessus et tout voir ce que l'on avait fait la bas!!

Je crois qu'on était resté sur la description de l'hôpital.
Le patient qui arrive, devait passer obligatoirement par le service d'accueil, où l'infirmier faisait un receuil de données des symptômes du malade et posait un diagnostic et le traitement adéquate. Quand l'état du patient était trop grave, il était orienté dans le service adapté, que l'on verra par la suite.
Si le patient avait de l'argent, il passait ensuite par la caisse pour payer ses médicaments avec son ordonnance et ensuite à la pharmacie pour les récupérer.

Photo_312

Photo_311

Ensuite le patient rentre dans le bureau pour qu'on pose un diagnostic:
Photo_314

Bizarrement il y avait quand même pas mal de médicaments qui revenait souvent!!

En France, on est très à cheval sur l'administratif, bien tenir le dossier patient devient une obsession!!Et bien au Bénin:

Photo_317

Bon allez on se dirige vers les différents services.
Tout d'abord la Pédiatrie où tout le monde a passé quelques jours. Mais c'est surtout Marie qui pouvait en parler.
Rappelez-vous:
"En Pédiatrie, nous découvrons des maladies peu communes en France. C'est la saison du paludisme donc nous retrouvons de nombreux enfants atteints de PGFA (Paludisme Grave de Forme Anémique). Il y a des infections digestives se manifestant par des diarrhées, des douleurs abominales, de la fièvre et des vomissements (par exemple la salmonellose). De plus un enfant atteint de la rougeole à un stade avancé et compliqué d'un paludisme est décédé le deuxième jour de son hospitalisation. Un enfant atteint du tétanos est sorti avec son père contre avis-médical car il ne pensait pas que la médecine serait efficace, il allait s'en remettre au vaudou. C'est difficile à accepter surtout qu'il était certain que l'enfant survivrait hospitalisé mais décèderait s'il sortait. Nous avons assisté aussi à une ponction lombaire chez une fille de 11 ans pour une méningite. L'organisation est complètement différente : les parents des enfants s'occupent des repas et de la toilette, les infirmiers font les actes techniques et l'administration des médicaments après que les parents les ai achetés à la pharmacie de l'hôpital ou celle de Parakou. En pédiatrie il y a beaucoup de transfusion (anémie jusqu'à 2.7g/dl!!), les poches de sang sont à la charge des parents. Avec la prescription et une glacière ils vont au centre de transfusion de Parakou et ramènent le sang. Les parents des enfants sont toujours là, surtout la mère, ils sont donc très présents dans les soins et acteurs dans la prise en charge de leur enfant. Les dialectes différents est une barrière dans la communication mais avec l'aide de traducteurs (personnels soignants, autres parents...) on se comprend".

Photo_398

Photo_393

Photo_400

Bruno, l'infirmier qui se faisait tjs avoir quand il y avait un manque de personnel, ou un jour férié!!!

Photo_401

Photo_404

Juste à côté de la Pédiatrie se trouve la Chirurgie:
Petit rappel:
" En chirurgie, nous retrouvons essentiellement des hernies inguinales et des plaies infectées (abcès, accidents de la route...). Le premier jour nous avons accueilli une petite fille ayant eu un accident de moto deux jours auparavant. Elle est arrivé avec un pansement important fait apriori au village. Lors de l'ablation du pansement la boîte crânienne était visible sur environ 8 cm. On a désinfecté et elle a été transféré dans un autre hôpital. A l'hôpital c'est de la petite chirurgie, ici l'intervention d'un spécialiste s'imposait. Un jeune patient de 12 ans est hospitalisé depuis 5 mois pour escarres généralisés (sacrum, genou, talon). Il est paralysé depuis plusieurs années et restait en position allongée constamment. A son arrivé les plaies étaient massives... L'évolution n'est pas vraiment favorable. La prise en charge des abcès est difficile car il y a un manque d'antalgiques. L'évacuation du pus est difficile. Dur à supporter!! Nous allons également en consultation les après-midi (pas de soins l'après-midi en chirugie), c'est très enrichissant car nous participons activement à la pose du diagnostic. Un traducteur est également là pour pallier à la barrière de la langue. Les presciptions se font selon les moyens. Les médicaments coûtent cher. Dans la réfection des pansements, le travail d'équipe entre l'aide-soignant et l'infirmier est omniprésent et très positif.
   Au bloc opératoire, les opérations consistent essentiellement en des hernies et des césariennes. Les soignants nous laissent participer dans la préparation du matériel, l'habillage du chirurgien... Le seul problème est les coupures de courant qui ponctuent certaines opérations".

Photo_391

Photo_387

Photo_367

Photo_368

Ensuite c'est le tour de la Médecine qui était un peu laissé pour contre. Les Médecins n'était pas souvent la, et pourtant les patients avaient vraiment besoin de soins. Marie peut témoigner:
"Il y a surtout des maladies infectieuses ( tuberculose, méningite, SIDA...). Pour la tuberculose, les patients sont hospitalisés pendant 2 mois et le traitement dure 6 mois.Par manque de moyens il n'y a pas d'isolement mis en place, tous les malades sont dans la même salle.
Pour le SIDA il existe la trithérapie et un suivi régulier appelé projet SEDEKON.
On retrouve aussi des cancers souvent à des stades bien avancés car les traitements anticancéreux coûtent très chers. Donc il y a juste les symptômes qui sont pris en charge.
Il y a eu aussi 2 cas d'intoxication dont une tentative de suicide. Dans ce cas, la prise en charge fut le lavage gastrique.
La difficulté dans la prise en charge reste l'argent. Car les patients doivent payer tous les médicaments, seringues, cathéters ainsi que les examens de laboratoire ou d'imagerie médicale pour être traités."

Photo_381

Photo_383

Et le dernier service:
"En maternité, Aliénor est très prise et très passionnée. Elle s'est occupée aujourd'hui des soins d'un nouveau-né après l'accouchement (couper le cordon, nettoyer le bébé...). Les infirmières et les sage-femmes sont très disponibles".

Photo_379

Photo_352

Photo_353

Photo_358